MICHAEL SNOW – VIDEO FIELDS ET EN HAUT

La galerie Martine Aboucaya est heureuse de présenter la quatrième exposition personnelle de Michael Snow (Toronto, 1928).

Figure clef du cinéma expérimental et musicien de renom, Michael Snow a développé au fil de sa carrière une pratique polymorphe et transversale mêlant peinture, sculpture, vidéo, photographie, dessin, écriture, holographie et musique. Michael Snow aborde ces différentes expérimentations à travers de nombreux écrits théoriques, publiés dans des catalogues, des revues, ou restés inédits (à ce propos voir notamment Des écrits. 1958-2001, recueil de textes commentés par l’artiste, publié par le Centre George Pompidou en 2002).

A l’occasion de la présente exposition, une partie de la galerie se transforme en salle obscure pour accueillir l’installation Video Fields (2002-2015). Cette oeuvre est tout d’abord constituée d’une même image, représentant des champs parcourus par le vent, répétée identiquement à sept reprises dans l’espace d’exposition. A ce plan fixe répond un autre plan fixe, cette fois sur un synthétiseur, dont l’image est diffusée par un moniteur. Une bande sonore, dont la partition a été composée par l’artiste, complète l’installation. Video Fields nous rappelle la volonté qui est celle de Michael Snow de franchir les frontières entre les différentes disciplines artistiques.

Ces images ont été tournées par l’artiste dans sa propriété de Terre-Neuve, alors qu’une tempête balayait les grandes étendues. L’artiste donne à voir l’invisible : le vent qui offre à notre regard des herbes ondulantes, sur lesquelles se fixe la caméra, et laisse derrière lui un ciel bleu que l’on aperçoit furtivement. Des éléments disruptifs viennent pourtant ébranler cette image classique : les plans fixes se succèdent et se répètent à intervalles irréguliers. Ce rythme saccadé constitue une nouveauté dans l’oeuvre de Michael Snow, habitué à de longs plans fixes.

Le son qui traverse l’espace d’exposition évoque le vent, il est pourtant produit par un synthétiseur, le même que celui dont l’image est diffusée sur le moniteur situé bien en évidence dans l’espace d’exposition. Ce son synthétique, dont la partition a été écrite comme un thème musical, rappelle, non sans humour, que l’acte de représentation consiste en un prélèvement dans le réel qui implique immanquablement une certaine artificialité.

 

A travers la série photographique « En haut », composée de cinq tirages uniques signés, Michael Snow analyse d’un même mouvement le medium et les habitudes visuelles du regardeur. Selon l’artiste « Approfondir le champs de ce qui est appelé ‘art’ en photographie requière… de rendre accessible au spectateur les incroyables transformations que le sujet subit pour devenir la photographie. ».

Les photographies présentées ici portent chacune le nom d’une rue voisine de celle où réside l’artiste à Toronto. Ces images, captées par Michael Snow au cours de ses promenades lors de l’hiver 1998, laissent apparaître des silhouettes d’arbres noires se détachant sur un ciel gris subtilement teinté de rose ou encore de bleu. Les photographies, prises « d’en bas » et selon des angles qui varient, laissent une impression de vertige. Ces cinq photographies sont issues de la même série que celles publiées par Michael Snow dans l’ouvrage 56 Tree Poems, paru en 1999.

 

Michael Snow a fait l’objet de nombreuses expositions monographiques de par le monde – notamment : Michael Snow. Sequences, La Virreina – Centre de la Imatge, Barcelone, Espagne (2015) ; Photo-Centric, Philadelphia Museum of Art (2014); Michael Snow: Objects of Vision, Art Gallery of Ontario, Canada (2012) ; Solo Snow: Works of Michael Snow, Akbank Sanat, Turquie (2012) ; Michael Snow, Vienna Secession, Autriche (2012) ; et Solo Snow, Le Fresnoy, France (2011) – et a participé à un grand nombre d’expositions de groupe – notamment : Oh Canada: Contemporary Art from North America, Glenbow Museum, Calgary, Alberta (2015) ; Contratemps, Comisart- New Views of la Caixa Collection, CaixaForum, Barcelona (2014) ; the Canadian Biennial (2012) ; Videosphere: A New Generation at the Albright, Knox Art Gallery, NY (2012) ; 1969, MoMA PS1, NY (2009) ; the Whitney Biennial, NY (2006) ; et les expositions de réouverture Centre Pompidou, Paris (2000) et du Museum of Modern Art, New York (2005) – . Des oeuvres de Michael Snow figurent dans plusieurs grandes collections à travers le monde – notamment Museum of Modern Art, New York; Ludwig Museum, Autriche et Allemagne ; Musée National d’Art Moderne, Centre Pompidou, France; Musée d’art Moderne de Paris, France ; FRAC Lorraine, France ; Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, France ; Musée des Beaux Arts, Canada; Art Gallery of Ontario, Canada; et National Gallery of Canada.

Michael Snow a réalisé plusieurs commandes publiques, parmi lesquelles Flight Stop, sculpture installée au Eaton Centre et The Audience installée au Skydome (aujourd’hui Rogers Centre), tout deux à Toronto. Son The Windows Suite – installation vidéo – a commencé en septembre 2006 au Pantages Hotel, Condominium complex sur Victoria Street à Toronto et Lightline, une oeuvre-lumineuse permanente, commandée par la Trump Tower de Toronto va commencer en avril 2016.

Il a reçu plusieurs distinctions prestigieuses notamment le Guggenheim Fellowship (1972), l’Order of Canada (1982), le Gershon Iskowitz Prize (2011), et le titre de Chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres, France (1995, 2011). L’oeuvre de Michael Snow a fait l’objet de nombreux livres, notamment Michael Snow Project, un ouvrage en quatre tomes paru en 1994 et publié par le Power Plant et l’Art Gallery of Ontario (Toronto), à l’occasion de la tenue dans ces deux lieux de quatre expositions consacrées à l’artiste. Enfin, Michael Snow – Sequences – A History of His Art (376 p.), un nouveau livre à propos du travail de Michael Snow, est paru en 2015 aux éditions Poligrafa (Espagne).

 

Communiqué de presse et listes des oeuvres :
VIDEO FIELDS ET EN HAUT PDF 

 

2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
VIDEO FIELDS 2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
VIDEO FIELDS 2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
(détail), 2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
VIDEO FIELDS (détail), 2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
2002 – 2015, seven channel video installation color + audio file, 50 min 27 sec in loop, edition of 4
VIDEO FIELDS 2002 – 2015, seven channel video installation color + audio file, 50 min 27 sec in loop, edition of 4
2002 – 2015, seven channel video installation color + audio file, 50 min 27 sec in loop, edition of 4
VIDEO FIELDS 2002 – 2015, seven channel video installation color + audio file, 50 min 27 sec in loop, edition of 4
(détail), 2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
VIDEO FIELDS (détail), 2002-2015, installation, vidéo couleur muette en 7 parties + vidéo couleur muette + oeuvre sonore, durée totale 50 mn 27, édition de 4
2016, photographie couleur, 75 x 98.5 cm, oeuvre unique, signée
EN HAUT / AVENUE ROAD 2016, photographie couleur, 75 x 98.5 cm, oeuvre unique, signée
2016, photographie couleur, 75 x 100 cm, oeuvre unique, signée
EN HAUT / MACPHERSON AVENUE 2016, photographie couleur, 75 x 100 cm, oeuvre unique, signée
2008, vidéo couleur, muette, durée : 10 mn 28, édition de 4
CONDENSATION – A COVE STORY 2008, vidéo couleur, muette, durée : 10 mn 28, édition de 4
2008, video, color, silent, 10mn 28s, edition of 4
CONDENSATION – A COVE STORY 2008, video, color, silent, 10mn 28s, edition of 4