news

 

FIAC édition 2018

La Galerie Martine Aboucaya sera présente à l’édition 2018 de la Fiac.
Où nous aurons le plaisir de présenter:

ANTHONY MCCALL, HANS-PETER FELDMANN, DETANICO/LAIN, PETER DOWNSBROUGH, JUDITH DESCHAMPS, CLAIRE MOREL.

retrouvez nous sur notre STAND 1F10, au Grand Palais

 

 

Cultured Mag -The Must_see shows at FIAC 2018

 


 

 

 

ANTHONY MCCALL

Expose au LAM de Villeneuve-d’Ascq

 

 

 

Vernissage le 27 septembre à 19h

Exposition du 28 septembre 2018 au 6 janvier 2019
du mardi au dimanche

 

L’exposition de cet automne pose un regard inédit et transversal sur la danse à partir de l’art brut, mais aussi de l’art contemporain, du cinéma ou encore de la musique. En réunissant plus de 300 oeuvres du xixe siècle à nos jours, Danser brut part à la conquête d’un invisible fait de gestes ordinaires et extraordinaires ayant traversé la modernité. S’ils ont parfois été repérés, annotés, filmés, ils n’ont pourtant pas été perçus comme différentes phases d’un même phénomène. Sont réunis aussi bien des inconnus, saisis dans un équilibre précaire, que des danses de cabaret ou des films de cinéma muet (Georges Méliès, Charlie Chaplin) inspirés par les études de Jean-Martin Charcot sur l’hystérie. À la façon d’une épidémie de danse, cette succession de gestes, de tracés, de chorégraphies marginales (Valeska Gert,Mary Wigman, Tilly Losch, Dennis Oppenheim), révèle ce phénomène. La danse entraîne (manège de petit Pierre) et peut aller jusqu’à la possession (Tarentelle). Une dimension brute dans l’expression du corps apparaît entre émergence du mouvement et gestuelle de résistance (Arnulf Rainer, Adolf Wölfli). Parfois le dessin se substitue au mouvement et le crayon danse à la place du corps ou, plutôt, pour le corps tout entier (Vaslav Nijinski, Guo Fengyi, Ni Tanjung)…

 

L’exposition propose des contrepoints avec des expériences perceptives contemporaines : installations de lumière solide d’Anthony McCall, chorégraphie sous hypnose avec Catherine Contour, musiques expérimentales avec Lucile Notin-Bourdeau et le collectif La Belle Brute, ou cinéma avec Martine Deyres.

 

Commissariat :

Savine Faupin, conservatrice en chef en charge de l’art brut au LaM,
Christophe Boulanger, attachée de conservation en charge de l’art brut,
assistés de Gaye-Thaïs Florent

Plus d’informations

 

 

 


 

 

PETER DOWNSBROUGH

Expose à l‘Appartement/Galerie INTERFACE

 

Exposition du 15 septembre au 3 novembre 2018
du mercredi au samedi et sur rendez-vous

de 14h -18h // fermé le 01/11

 

With the word, one takes part in a dialogue, a discourse on its precise meaning.(…) The word for me is an object. It has both a precise and a vague meaning. It is a universe one is confronted with. But there is no obligatory way of reading. “ Peter Downsbrough

Après avoir stoppé ses études d’architecture, Peter Downsbrough se lance dans un processus artistique centré sur les questions de «position» et de «déplacement» des objets et des personnes dans un espace, tel que l’espace d’exposition, l’architecture industrielle, le livre, ou même l’échelle de la ville. L’artiste s’exprime au travers du langage, de la photographie, de l’œuvre graphique, de la vidéo, des installations et de la sculpture. Figure majeure de l’art contemporain, Peter Downsbrough opère depuis le début des années 1970 dans le sillage du minimalisme, au croisement de l’art conceptuel et de l’art concret. Ils nous invitent à un autre mode de déplacement du regard, un autre déroulement de la lecture du lieu, du contexte, de l’oeuvre.